Moins académique. 
+ Efficace + Utile + Fun !


Il y a un lien indissociable entre l’apprentissage et le mouvement, l’expérience, le jeu, l’échange. Nous apprenons en faisant, en expérimentant. "Se aprende haciendo". Et puisque nous sommes des êtres sociales, nous apprenons le mieux en groupe. Les études neuro-scientifiques ne cessent de le mettre en évidence.

Nos ateliers sont conçus pour apprendre l'Anglais et l'Espagnol au plus près de la façon dont nous apprenons notre langue maternelle. Ils sont enrichis et techniques d'apprentissage rapide, pendant le temps des ateliers et en-dehors. 

La langue est un code oral. Nous apprenons, donc, à parler d'abord. Les règles de grammaire sont organiquement intégrées après avoir commencé à s'exprimer. On regarde, on écoute et surtout, on fait. Parfaitement à l'aise pour poser des questions et faire des fautes, indispensables pour apprendre.

Dans un environnement aimant, rassurant, joyeux, tout en étant rigoureux et consciencieux, chacun trouve la motivation et l'envie de progresser.

Nous oublions la plupart de ce que nous apprenons à l'école parce que nous y sommes dans un état d'ennui: souvent assis, avec  peu d'interaction, de mouvement.

Bien souvent, les classes surchargées et la peur d'être ridicule, de faire des fautes, sont des éléments qui empêchent l'acquisition rapide d'une deuxième langue. On n'ose pas parler avant d'atteindre un certain niveau. 

Deux causes majeures sont derrière le retard de l'apprentissage des langues dans notre système d'enseignement:

1. Le manque de pratique à l'oral
2. Un enseignement trop académique.

Combler ces lacunes, c'est la vocation de Rock the Talk.
Nos ateliers sont adaptés aux âges, centres d’intérêt et besoins des participants.
(Extra) - Lil Rockers
(5) 6 - 12 ans
Ateliers 8 élèves
Teen Rockers
12 - 18 ans
Ateliers 8 élèves
Les Big Rockers
18 ans et +
Ateliers 8 élèves
We All Rock !
6 - 110 ans !
Ateliers jusqu’à 10 élèves
   Intergénérationnel
Les meilleures raisons pour apprendre une langue étrangère
  • Avoir plus d’opportunités dans sa vie professionnelle
    Maîtriser l’anglais et / ou une autre langue est indispensable dans de nombreux milieux professionnels. De nouveaux métiers se développent et de nouvelles compétences sont exigées, notamment dans le domaine des Nouvelles Technologies, Ecologie, Sécurité, Santé. Maîtriser une langue étrangère facilite les déplacements à l’étranger, les contacts professionnels, une meilleure rémunération, les déplacements et travailler dans un autre pays.
  • Développer les capacités de son cerveau
    Les personnes capables de parler plusieurs langues ont davantage de facultés cognitives : amélioration de la mémoire, des capacités de concentration, de résolution des problèmes. Lorsque nous apprenons une nouvelle langue, nous fournissons un travail de concentration, de mémoire et stimulons la création de nouvelles connexions neurologiques. Plus qu’une expression, « muscler son cerveau » est un vrai processus physiologique: tout comme un muscle pendant les activités physiques, le cerveau se muscle en apprenant.
  • Augmenter la confiance en soi, avoir une meilleure vie sociale
    Découvrir d’autres cultures signifie avoir plus d’opportunités, s’enrichir humainement et intellectuellement, ce qui développe l’estime de soi. Cela permet d’aller plus facilement vers les autres, créer des relations et avoir une vie sociale épanouie.
  • Voyager et mieux connaître la culture d’un pays
    Profiter librement de ses voyages, échanger directement avec les habitants dans des zones peu touristiques, mieux préparer son départ… C’est une des raisons les plus motivantes et les plus invoquées pour apprendre une langue étrangère. Cela est moins flagrant en France, mais si vous voyagez à l’étranger, les habitants sont ravis si vous essayez de communiquer avec eux dans leur langue. Cela démontre votre intérêt, vous rend plus sympathique et les liens se créent plus facilement.
  • Lutter contre les maladies neurodégénératives (Alzheimer, démence)
    C’est une des plus belles découvertes neuroscientifiques en matière de développement linguistique et une des meilleures raisons d’apprendre une langue, en tant que jeune retraité ou senior.
  • Favoriser la prise de meilleures décisions
    Plusieurs études s’accordent sur le fait que penser dans une autre langue crée « une distance avec les craintes et émotions liées à la prise de décision ». Cela permettrait faire des choix plus réfléchis et rationnels.
Des moments uniques pour apprendre les langues
Mythes autour de l’apprentissage des langues
Inspirés de l’article suivant et similaires.
  • Il faut avoir un don pour les langues
    Faux. Il n’y a pas de « don » pour cela. Il n’y a aucune région cérébrale identifiée comme responsable de l’acquisition d’un autre idiome. Ne pas avoir la « bosse » n’est donc pas une excuse. Nous avons tous ce « don » de l’apprentissage du langage, spécifique aux humains. 

    Qu’est-ce qui différencie ceux qui parlent une ou plusieurs langues et les autres ? La réponse est simple : pratique et approche. Tous les polyglottes du monde ont à leur actif de nombreuses heures de pratiques et une exposition régulière à la langue.
  • Il faut vivre dans le pays pour apprendre une langue étrangère
    Faux. Avez-vous remarqué que certaines personnes venues de l’étranger ont passé quelques décennies en France et parlent un français relativement médiocre, voir ne le parlent pas ?
  • Passé un certain âge, c’est mission impossible
    "Il semble une évidence, pour beaucoup, que les enfants soient meilleurs à apprendre les langues étrangères. 

    En matière d’apprentissage de langues étrangères, les enfants sont des pages blanches. Ils n’ont pas d’habitudes de prononciation pré-existants qui pourrait interférer avec une nouvelle langue. Et ils n’ont pas l’obsession des règles grammaticales. 

    Et peut-être, le plus important, ils n’ont pas peur d’avoir l’air bête. C’est là peut-être leur plus grand avantage. Car apprendre une langue, c’est passer beaucoup de temps à faire des fautes. 

    Pour les adultes, cela peut mettre leurs nerfs à rude épreuve. Tandis que les jeunes enfants vont de l’avant, les adultes préfèrent se cacher derrière des livres et applications plutôt que mettre leur réputation en jeu".

    Pour palier à cette "injustice", les adultes ont toutefois un grand avantage: leur motivation. Le plus souvent, les adultes sont conscients de l'utilité de parler une langue étrangère. Ils sont investis, concentrés et s'avèrent être efficaces dans l'apprentissage des langues. Chouette, non ?
  • On doit apprendre l’oral et l’écrit en même temps
    Comment avons-nous appris notre langue maternelle ? Qui savait écrire à l’âge de 4 ans ? 

    Il est toujours plus rapide de faire une chose à la fois. Si vous cuisinez, ensuite vous remplisses vos avis d’impôts, recuisinez et revenez à vos impôts, cela prendra plus de temps que si vous vous focalisez sur une tâche. La langue orale et écrite sont deux compétences différentes. Sans exclure totalement l’écrit, nos activités sont, certes, axées sur l’oral.
  • Il faut commencer par la grammaire
    Nous parlons tous notre langue maternelle avec une grammaire correcte sans avoir étudié dès le départ la grammaire. Celle-ci est acquise par mimétisme. Cela n’est toujours pas intégré dans la manière d’enseigner les langues dans notre système éducationnel.
  • On peut apprendre une langue grâce aux livres et applications seuls
    Malheureusement, cela n’est pas si facile que ça. Le but d’apprendre des langues, c’est de pouvoir interagir avec des vrais gens ! Même si nous pouvons enrichir notre vocabulaire à travers une multitude de moyens, une conversation aura toujours lieu entre des vrais gens. C’est le but ultime d’apprendre une langue étrangère.
  • La prononciation n’est pas importante
    Si l’accent est pratiquement systématique – et souvent, charmant - dans l’acquisition d’une langue passé l’âge de la jeune enfance, la prononciation reste toutefois très importante. Un des avantages de la pratique orale, c’est qu’elle enlève la tentation de « prononcer comme on écrit ». Cela nous oblige à adapter notre oreille et faire le travail de l’articulation.